Introduction au risque pandémique

“Voici une idée de film : une scientifique doit empêcher une nouvelle souche contagieuse d'Ebola de se propager dans le monde entier. Elle est la meilleure des meilleures. Si bien, en fait, que son travail sur les systèmes de détection précoce permet de contenir la souche à sa source. Dix minutes après le début du film, nous voyons les résultats de son travail - rien ne se passe. La vie continue comme si de rien n'était. Elle continue d'être extraordinairement compétente, et rien ne va plus de travers. Fondu noir. Générique.”

Faut-il légaliser l’euthanasie en France ?

En 2017, sur les 606 000 personnes décédées en France la moitié avait plus de 83 ans et un quart plus de 90 ans. Indépendamment de l’âge, environ 150 000 Français meurent chaque année d’un cancer. En France, la très grande majorité des décès ne correspond donc pas à une mort brève et accidentelle mais relève d’un processus lent et pour le moment inaltérable : le vieillissement et les maladies qu’il induit. Le vieillissement s’accompagne généralement d’un déclin des capacités physiques et cognitives, d’une plus grande fragilité du corps et surtout de douleurs très importantes pouvant durer des mois voire des années. De nombreuses personnes en fin de vie, et/ou parfois leurs proches, en viennent à suggérer que la mort serait peut-être une option préférable à une existence faite de souffrances conséquentes et sans grand espoir que celles-ci diminuent. Le nombre important de personnes concernées par une fin de vie lente et douloureuse, et le nombre bien plus important de personnes qui le seront dans le futur, m’amènent à penser que les manières dont nous devrions gérer la fin de vie constituent un enjeu majeur pour diminuer les souffrances dans le monde.

Les subventions invisibles dont bénéficient les voitures

Bien que l'on pourrait arguer que l'automobile n'a jamais été aussi puisante, il me semble également qu'elle n'a jamais été aussi contestée. Beaucoup de personnes, que cela soit pour des raisons sanitaires ou environnementales, regrettent ainsi l'abandon de l'espace urbain au profit des voitures. Aussi, lorsque certaines personnes défendent le fait qu'il faudrait mettre en place un certain nombre de politiques publiques en faveur d'une expansion du réseau de transports en commun, afin de limiter l'importance de la voiture, on leur rétorque qu'une telle politique serait extrêmement coûteuse et nécessiterait un soutien important de l'état (et puis quoi encore, le communisme ?!) Cependant, peu est dit sur les subventions conséquentes dont bénéficient les voitures et qui sont, du moins en partie, responsables de leur omniprésence aujourd'hui.

[Billet d’opinion] Pokémon, le changement climatique et l’engagement

Le prochain jeu Pokémon abordera, au moins timidement, la question du changement climatique. Si certaines personnes se félicitent du fait que Nintendo fasse de la sensibilisation sur un sujet aussi grave, on peut néanmoins s'interroger sur la sincérité d'un tel geste et se demander s'il relève d'un quelconque engagement. L'exemple offert ici par Nintendo nous donne cependant l'occasion d'une réflexion plus générale sur ce qu'est l'engagement pour le climat, ce qu'il signifie et ce qu'il n'est pas.

Changement climatique et sécurité alimentaire

Si comprendre comment l’agriculture affecte le changement climatique est essentiel pour tenter de trouver des solutions et appréhender différentes manières de diminuer nos émissions de GES, connaître les conséquences du changement climatique sur l’agriculture l’est tout autant. D’une part pour essayer d’anticiper les conséquences négatives du changement climatique et mettre en place des stratégies d’adaptation, et d’autre part afin de pleinement prendre conscience des enjeux et des risques auxquels seront exposées les populations humaines si la température continue d’augmenter.